De l’intelligence des e-commerce et m-commerce ou comment se projeter dans la vente moderne

 

En 2014, le marché on line BtoC poursuit sa croissance à deux chiffres dans les segments spécifiques comme la Mode avec les produits de 2e génération, stocks invendus ou déclassés provenant du circuit classique, qui génèrent des flux importants.

Cette évolution profite désormais à d’autres marchés et offre dorénavant de belles opportunités aux produits plus techniques qui représentent un poids transporté non négligeable.

Dans l’air du temps, l’achat en ligne est à la portée des internautes « chronophagés » et le nombre d’acheteurs connectés continuent de progresser. Avec l’âge d’or du e-commerce et son évolution post 2010, ventes multicanaux, explosion du m-commerce et demain le m-payant tel que présenté par Apple ® lors de sa dernière keynote, nombre d’entreprises n’ont pas su s’adapter à l’élan de créativité du monde du virtuel, à la course effrénée à la compétitivité, à sa nouvelle organisation.

Le e-commerce qui a donné naissance à la e-logistique promettait à ces entreprises de réduire les distances donc les coûts pour atteindre une plus large clientèle. Elles n’ont pas réussi.

Au 21e siècle, la logistique est de plus en plus hétérogène et cumule les contraintes du digital : envois monocolis plus rapides et moins chers, horaires de livraison à la carte, coût global, e-relation, développement durable...
Il faut vendre au plus grand nombre, dans un délai plus court : les acteurs qui subsistent sur la place officient dorénavant dans le e-business qui requiert la mise en œuvre d’une artillerie lourde pour se hisser au rang des Pure Players.

En 2014, l’enjeu est de taille pour une entreprise qui démarre la vente en ligne et dont l’objectif est de transformer son audience et ses prospects en clients. Dans l’exercice de ses multiples fonctions, la tête dans le guidon, l’entrepreneur ne sait plus où donner de la tête.
Il faut partir du bon pied : rien ne sert de courir, il faut organiser à temps.

La voie de l’intelligence pourrait être la voix de la raison pour chercher à transformer l’information glanée sur internet en connaissance utile, notamment l’ergonomie d’un site web pour gagner et garder une clientèle exigeante…
Il faut trouver son équilibre : un jeu d’équilibriste.

La voie de l’intelligence pourrait être la voix de la réflexion autour d’une idée tryptique du e/m commerce intégrée à la stratégie de l’entreprise : achats virtuels, recherche d’instantanéité, divertissement…
Il faut libérer du temps : la création d’entreprise est consommatrice de temps.

La voie de l’intelligence serait celle des 80/20, une méthode universelle à appliquer pour apprendre notamment à gérer son temps selon l’optimum gain/effort : restreindre son champ d’actions pour protéger l’essence même de l’entreprise, capter la vision service de son modèle…
Il faut déléguer : externaliser la partie logistique.

La voie de l’intelligence pourrait être la voix du conseil opérationnel métier pour accompagner la réflexion et la prise de décision, donner le coup d’accélérateur au projet d’externalisation logistique e/m commerce, ce qui préserve la démarche entrepreneuriale et la motivation de l’entrepreneur.

Gardons cela en tête : de la stratégie aux opérations, il n’existe pas de discours unique pour réussir dans le commerce en ligne. Autrement dit, il n’y a rien de scientifique dans le fait de vouloir ou pouvoir lancer une entreprise dans ce domaine.

Le bon sens et une meilleure organisation donnent souvent du résultat!

 

Article rédigé par Chantal Brice, Consultante Partenaire Chrymelie


Articles à la une
27-01-2020
Au cœur de l’entreprise, la Supply Chain supporte la stratégie. Une gestion optimisée permet la réactivité face aux demandes des clients, en réduisant les coûts. La Supply Chain s’appuie pour cela sur un grand nombre de données échangées entre les services logistiques, avec les clients et les fournisseurs. La modernisation, la fluidité ...
18-12-2019
Une Supply Chain concurrentielle peut-elle être durable ?   Diminuer les coûts, c’est souvent réduire l’impact écologique   La logistique lorsqu’elle est performante et concurrentielle permet de faire mieux, plus vite, moins cher et plus proche des souhaits du client. mieux, en satisfaisant précisément la demande, dans le respect des spécifications ...
13-11-2019
Supply chain, Transformation, Digitalisation et Conduite du changement   De quoi parle-t-on ?   La Supply Chain, ou chaîne d’approvisionnement est un ensemble de processus opérationnels et stratégiques, piliers du développement et de la performance des entreprises. Au sens large, elle regroupe tous les professionnels : du fournisseur du fournisseur au client ...
07-10-2019
Choisir et mettre en place un WMS   L’entrepôt est un élément clé de la Supply Chain, En amont de la production, il assure le stockage des matières premières, des encours de production.  En aval, entrepôt central ou dépôt intermédiaire, il est au cœur du réseau de distribution des produits physiques. ...
05-09-2019
L’externalisation (outsourcing en anglais) est l’opération par laquelle une entreprise confie, sous sa responsabilité et sous son contrôle, à un prestataire externe une partie de l’exécution des tâches qui sont à sa charge. Si on met de côté la production, il y a 2 grosses opérations fréquemment externalisées en logistique, ...
15-05-2019
Emergence des produits sains et supply Chain   Lorsque le contenu, la provenance, la qualité ou encore l’équitabilité des produits que nous retrouvons dans nos assiettes, répondent à un de nos besoins primaires, nous soucient de plus en plus ; qu’en est-il de l’impact de ces aspects sur les différents ...
11-04-2019
Completeness et Timeliness : le Global Service Center en soutien de la performance transport 3PL Nous allons parler de l’apport d’un service externe dédié à la performance d’une grande entreprise de transport : le GSC (Global Service Center). Commençons par un peu de vocabulaire. Dans le transport, la « completeness ...
Toutes les actualités